vendredi 13 octobre 2017

Retour sur notre arrivée dans les Vosges

Que c'est étrange de changer de région... et pourtant...


A 14 ans, je suis partie en Internat. 2 ans d'école d'art à manger du matin au soir à l'école, à dormir là-bas, à vivre autrement...
A 18 ans, même pas le bac en poche, je me sauve et prend mon envol, appartement, train, je m'organise et je suis indépendante.
A 19 ans, je prends mon vélo pour aller travailler et traverse la grande ville en attendant le soir de retrouver mon studio.
A 20 ans, je suis seule, enfin j'ai mon chien mais je suis seule. La famille est loin, les amies aussi, ce n'est pas simple mais je m'en sors.
A 22 ans, j'ai mon premier enfant et une maison biscornu à 2 étages.
A 24 ans, j'ai deux enfants et une maison à la campagne.
A 25 ans, on achète notre maison dans une autre campagne, on se rapproche de la famille.
A 27 ans, j'ai mon troisième enfant et une vie plutôt stable, voir routinière.

A 30 ans et des poussières, je remets tout en cause et en février, j'ai le sentiment que je m'ennuie... je cherche le truc, le truc qui me fera vibrer...

Alors là et vraiment là. Je voulais un truc pas si fou.


Mon chéri rentre et me confirme que nous allons partir dans les Vosges.

Petit rappel : les Vosges, la destination de nos vacances l'année dernière où j'ai tanné chéri en lui promettant que c'était trop bien la montagne l'été, que les Vosges c'était beau et qu'il y avait de quoi faire... 2 semaines de pures vacances comme on les aime. Et c'était tout. On s'était dit qu'on y reviendrait une fois.


Et là, on ne va pas y aller en vacances, on va y vivre... mais bien sûr...

S'en suit des jours, des semaines, des mois de stress. Oui, là je ne m'ennuie plus, je n'ai plus le temps. On court entre la création du projet de mon chéri et les possibilités qui s'offrent à nous. On arpente les Vosges en long, en large et en travers, sans savoir où nous y irons. Sans savoir comment on va faire avec nos enfants et notre maison. Sans savoir si on fait bien ou non.

Je n'ai pas le choix dans un sens. C'est l'avenir professionnel de mon mari et à sa place, j'aurais fait comme lui. Alors on suit. Mais si à 14, 20 ou 22 ans c'est facile de partir, à 30 c'est autre chose. Pour moi, évidemment.

J'ai tout où je vis. Une maison à nous que nous transformons difficilement mais avec tellement d'amour. Des voisins sur qui nous pouvons compter mais bien plus que cela. Une campagne et son charme, on achète les oeufs à la ferme, la voisine amène une salade, on connait les conducteurs de tracteurs et on lève la main pour dire bonjour dès qu'on met un pied dehors... La petite école où nous connaissons tout le monde et où les enseignants sont toujours les mêmes. Les amies et la famille, les repas improvisés, les soirées filles pour décompresser, passer prendre juste un outil ou recevoir le temps d'un café... tout ça, à 30 ans et quand on est maman au foyer on y tient. Mais bon... quand il faut y aller...


Sauf que...

Nous avons trouvé une maison en location difficilement (va trouver une maison avec 4 chambres et bien non, ce sera 3 !). On a passé des journées à appeler en vain... on y croyait presque plus et franchement celle là elle est plus que top... mais il faudra bien la rendre, les proprios ne sont partis que pour 2 ans (peut être 4 mais bon) et nous, nous ne voulons pas rester en location.

Il a fallu organisé le déménagement. Quelle partie de rigolade ! Validé le devis du déménageur et recevoir les cartons la veille de notre départ en vacances, ça c'est fait. 18 jours de vacances plus tard (va te détendre quand tu sais ce qui t'attends au retour), on rentre et hop, hop, hop... on emballe. On ne regarde pas, on empaquette à grande vitesse, on triera plus tard. Il nous reste 6 jours, sachant que dans les 6 jours 3 sont réservés pour des repas avec la famille, des rendez-vous et des choses à faire en urgence avant de partir. Nous avons réussi.

Les déménageurs sont là, ils chargent et on se retrouvera le lendemain dans les Vosges.

Nous voilà parti pour 4h de route. 2 enfants avec moi (le papa est parti plus tôt avec la grande pour l'état des lieux), 3 chats dont 1 qui s'est lâché 10 min après le départ et qui a réussi à s'échapper au bout de 2h de route et mon papa qui m'a proposé de m'accompagner <3

Bien entendu, le stress étant au maximum, j'ai le dos en compote et chaque pas est une torture mais on va y arriver...

On y est...


Mince la maison est mieux que ce que je pensais... hé tu as vu ça? Oh regarde, ça ! Mais c'est top ça ! Et ma bibliothèque, je retrouve les même meubles qu'avant le dégât des eaux, que de bonheur.

Il n'y a plus qu'à s'installer, prendre nos marques et quelques jours après seulement les filles rentrent à l'école.


Depuis, même si évidemment je me sens seule à bien des moments, nous prenons nos marques. Il y a encore une semaine, les filles réclamaient leur vie d'avant mais là, je ne sais pas, les amitiés de l'école jouent beaucoup mais elles sont contentes.

Alors pour finir ce grand blablal, je fais le point sur nos ressentis.

PAPA : une sensation d'être en vacances sur les premières semaines mais la fatigue commence à retomber, un besoin de se détendre.

MAMAN : j'aime beaucoup la maison et je m'y sens bien, très contente de l'école et de voir les filles s'y sentir bien. Je prend mon plein de nature au lac à 5 minutes de la maison, ça me fait du bien ou (mais là il faut que je fasse attention) de l'autre côté et à 5 minutes aussi la blinde de magasin (shopping addict). Je pense que ça va le faire dans l'ensemble mais je ne suis pas encore tout à fait à l'aise. Par contre, je suis méga émotive (bon je l'étais avant aussi) mais quand je prends ma voiture et qu'en seulement quelques kilomètres, je suis au milieu des montagnes, j'adore ! (je vous avoue que j'ai déjà versé des larmes en regardant les sapins? non, non pas émotive moi ^^)

MISTINGUETTE : a une tonne de copines, elle cherche encore "sa meilleure amie" mais elle est très entourée. Elle aime beaucoup son maître et trouve qu'elle fait des trucs chouettes ^^ Elle adore le jeudi pour la patinoire.

POUCINETTE : c'est celle à qui le déménagement à le plus réussi, elle s'est transformée comme une fleur, beaucoup plus souriante et épanouie. Il faut dire qu'elle a beaucoup de copines, patinoire et piscine toutes les semaines et une maîtresse trop gentille.

CRAQUINETTE : elle est bien petite pour vraiment savoir ce qu'elle ressent mais elle me semble bien dans ses baskets (qu'elle met à l'envers évidemment). Elle est juste fatiguée mais ça aurait peut être été pareil avant.

Je vous reparlerai certainement de nos ressentis mais pour l'instant, je ne pourrais pas dire que c'est super géniale de déménager mais ce n'est pas non plus désagréable ^^

Point positif : les 250 cartons sont déjà vidés !

Et vous, vous avez déjà déménagé avec vos enfants ?

10 commentaires:

  1. Plein de fois ! C’est souvent un peu dur au début, on se sent seuls, dans un endroit étranger et on finit par l’adopter comme notre « chez nous ». C’est une question de temps. Mais rien n’est jamais parfait et ce serait mentir que de dire le contraire. Ils sont nombreux les instants où nos proches nous manquent. Ça m’arrivait beaucoup et dans ces moments là, j’appelais ma mère ou je décidais d’y aller. Encore aujourd’hui, je regrette que ma famille soit un peu trop loin à mon goût mais on ne peut pas tout concilier. On fait des choix et ils permettent d’avancer. Mais choisir c’est aussi renoncer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que c'est un ressenti normal et que, comme tout, on s'adapte et je me dit que d'ici quelque temps je serais contente de nos choix. Ne rien faire, laisser passer, ne pas tenter,... c'est bien trop dommage.
      en tout cas un grand merci pour ton commentaire :)

      Supprimer
  2. Wouah vraiment chapeau à vous, vous avez bien géré maintenant place aux petits bonheurs dans cette nouvelle région :) encore bienvenue en Lorraine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'avais besoin de l'écrire et merci beaucoup pour ton mot <3

      Supprimer
  3. bon j'ai relu ce que j'ai ressenti à travers nos échanges, je t'ai suivi dans cette aventure qui j'en suis sûre va être exceptionnelle, on en parle encore et on a pas fini d'en reparler :) moi j'ai hâte que tu me fasses découvrir cette nouvelle région alors forcément on va trouver le temps long même si on le dit bien souvent ça passe trop vite alors c'est presque bientôt ;) bisous tout pleins ma soeurette

    RépondreSupprimer
  4. Profitez bien de cette nouvelle vie ma belle :) Tu vas t'y faire :)
    Pleurer car tu es bien dans la nature, je te comprends tellement, je revis quand je suis seule dans la nature, en forêt ou même sur la halage ou la voie verte emplient d'arbres et d'eau tout autour ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peut-être qu'un jour on se baladera toutes les deux <3

      Supprimer
  5. Il y a des personnes qui n’ont jamais quitté leur village et qui sont très heureux, moi j’aime l’endroit où je suis né car j’y ai mes souvenirs d’enfance. Plusieurs déménagements une princesse dans la creuse une autre à Compiègne et un prince à soissons. Je pense que je pourrai m’adapter dans beaucoup de lieux pourvu que ce soit une ville ( moins de 30000 habitants ) et proche de la nature. Le seul point négatif est l’éloignement de mes enfants que j’adore. J’attends avec impatience la téléportation pour venir boire un petit café

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah la téléportation ! ^^ mais je comprends !
      J'ai eu du mal mais je dois avouer que j'adore tellement découvrir une nouvelle ville, je pense sincèrement qu'on doit profiter de la chance de pouvoir écrire des nouvelles histoires chaque jour :)

      Supprimer

Un petit mot fait toujours plaisir, merci !