vendredi 27 avril 2018

L'abécédaire participatif : L comme Lâcher-prise

On se retrouve pour le rendez-vous de Coralie



Après mon billet léger de la semaine dernière, je me tâte à vous parler de lâcher-prise... disons qu'il faut que je zappe le poids de mon cœur et que là ça me paraît chaud...

Mais en fait c'est quoi lâcher-prise ?

D'après le site psychologies.com c'est le dernier concept à la mode, le conseil glissé avec un sourire entendu. " Lâche prise " est devenu synonyme de "calme toi" ou "sois zen". Comme si, dans notre besoin de nous déstresser, nous ne voyons plus que l'aspect reposant du "lâcher". Pourtant lâcher prise n'est pas que se relaxer. 

Du coup et en quelques mots : lâcher prise serait avant tout le fait d'arrêter de vouloir tout contrôler et de se comparer. Apprendre à identifier ce qui est bon pour soi.

Mouais... mouais...

Alors moi je veux bien tout entendre et essayer de faire aux mieux, je crois que d'ailleurs j'essaie déjà depuis longtemps...

Mais en vrai ? Hein, dîtes moi, ça marche comment ???

Comment on fait pour se lever le matin en se disant : aujourd'hui je lâche prise et je prends mon pied. Oui parce que lâcher prise sur une journée ça peut le faire mais si tu te couches le soir en te disant : bingo ! Demain j'ai gagné une double journée... je ne suis pas sûr de l'efficacité.

Alors qu'il y ait mari ou pas, enfant ou pas, travail ou pas... je crois qu'on est tous/toutes dans le même bain. 

Moi, perso je me fais des journées off mais souvent ça annonce une période de gros bazar et de retard. Du coup je les évite. Logique jusque là. Sauf qu'à force d'être partout et au "top" sur tout on se ramasse et au final on lâche prise mais avec une envie irrésistible de ne plus jamais se laisser aller à tout gérer, qu'au final ça ne vaut pas le coup et puis il faut se poser. On se répète là non ? Ben oui c'est une boucle ce truc et c'est insupportable.

J'ai les périodes : mince le linge à descendre j'ai encore oublié ! Les devoirs des enfants fait le dimanche à la place du vendredi soir. Le chien qui n'a que sa balade du soir. Le lave-vaisselle pas vidé. Le bureau sous les piles de papiers. Le visage pas maquillé. Les moments avec les enfants zappés.

Puis il y a l'autre. Cette joyeuse période où le linge est plié dans les armoires, les devoirs fait et plus à faire pour le reste du week-end, la jolie balade à sentir le vent sur son visage maquillé avec au bout de la laisse le chien qui se dit que la vie est chouette et le petit goûter qui se fera au parc avec les enfants puisque le lave-vaisselle est vidé.

Ah ça, je les aime ces périodes... mais le truc c'est que ça ne dure pas. 

J'étais au top pour ces vacances de printemps... du lundi au jeudi j'étais the best. Et vendredi est arrivé. Fin de semaine, jambe en compote, article pas prêt (il est déjà 21h04) et une journée loin d'être au top malgré ce beau soleil et les instants lectures. 

Et tu connais ce truc au fond de toi qui est prêt à s'en prendre aux premiers venus ? Genre tout est de la faute à lui ou lui ou lui... 

Demain, je ferais un bain. Je lirai un bouquin et on verra bien.

Mais dîtes-moi que je ne suis pas seule...


7 commentaires:

  1. J'ai aussi du mal à lâcher prise et pourtant j'essaie. Et même que des fois j'arrive (il faut avouer que mes 8 mois d'arrêt et ma psy m'aident à relativiser sur certaines choses....
    Demain est un autre jour ;) et un bain et un bouquin ça me parait être un programme au top !!!

    RépondreSupprimer
  2. Hier tu n'étais pas seule. Une journée de tension extrême au travail telle que je les déteste, des larmes, une marche improvisée pour reprendre mes esprits, des bouchons pas possibles, j'étais laminée je me suis endormie à 20h30. Lâcher prise c'est parfois inatteignable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est exactement ça, hier je n'ai pas réussi et pourtant je me suis dit qu'en écrivant ça m'aiderait mais je le sens ce n'est pas pour tout de suite

      Supprimer
  3. oh la non tu n'es pas seule !
    Quand je me dis que je lache prise, soit le naturel revient au galop, soit le lendemain c'est double peine
    et pourtant ce fait surement du bien à tout le monde...mais c'est dur !
    La je peste tous les jours contre l'état des chambres de mes enfants et j'ai décidé de laisser couler. Tant pis ce n'est pas moi qui y dort ...mais je suis sure que ca va ne durer qu'un temps !
    La question que je me pose depuis deja plusieurs mois...sur quoi lacher vraiment du lest et sur quoi être intransigeante..je n'ai pas encore toute les réponses
    Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une très bonne question... on devrait ouvrir le débat ! Je serais curieuse d'avoir les avis de plusieurs personnes

      Supprimer
  4. C'est exactement ça! Parce que, quand on y pense, le contraire de 'lâcher prise', c'est quoi? C'est 'tenir bon'. Et quand même, c'est un peu le but... Mais j'aime bien l'idée d'envoyer valser des trucs et de se libérer l'esprit. Seulement, je pense que la clé du lâcher-prise, c'est de l'appliquer au bon moment. Ou alors d'y aller à fond. Hier, suite à un microscopique imprévu, mon souper n'était pas prêt à l'heure, je devais encore aider mon fils pour un devoir et j'avais ensuite une soirée consacrée au boulot. Du coup, j'ai préparé le souper à l'arrache et j'ai stressé en pensant à ce qui m'attendait encore après. J'aurais dû leur ouvrir une boîte de raviolis, envoyer le bonhomme demander de l'aide à sa soeur et rester zen et pleine d'énergie pour la soirée de boulot. Mais quand on a le nez dans le guidon, on n'a pas toujours la lucidité nécessaire...

    RépondreSupprimer

Un petit mot fait toujours plaisir, merci !