mardi 13 novembre 2018

Quand on construit un mur... [Article illustré]

Je vous avais dit que je vous parlerai plus "intimement" de notre arrivée dans les Vosges et que malgré l'article tout beau, tout rose d'octobre dernier (ici), les choses ne sont pas passées exactement comme on l'a rêvé...

Je ne dis pas que c'était simple de partir, de déménager et de quitter notre vie bien routinière de Picard mais l'arrivée a été beaucoup plus dur que prévu.

A force d'aller-retour, d'une quantité de choses à faire... notre couple s'est pris une claque. On aurait construit un mur entre nous deux, ça aurait été pareil...


Puis l'automne et l'hiver... à force de me dire : " vous ne connaissez pas l'hiver dans les Vosges... " genre c'est terrible (oui les Vosgiens sont encourageants), je l'ai vraiment mal vécu mon premier hiver ! La solitude sans doute et le mur avec Chéri.



Il faut dire que ma voisine m'a mise dans le bain : " je préfère qu'on se vouvoie " - merci l'accueil !

Les journées étaient terriblement longues... la dépression en a profité pour s'installer et je n'ai vu plus que du noir.

En janvier, pour rajouter une couche, un bon nombre de partenaires changeaient leur façon de travailler et me disaient bye-bye ! 

La famille étaient toute venue après notre emménagement, il faudra attendre le printemps pour se revoir.

Et puis quand tu vas mal comme ça, tu t'enfermes. Tu sors encore moins. Tu ne dis pas les choses et tu affiches une mine à peu près présentable en priant pour que personne ne te demande comment tu vas.

C'est le maître de Craquinette qui m'a demandé le premier si je me sentais bien ici. J'ai souri, coincé, mais j'ai souri en disant que pour l'instant je ne connaissais personne (6 mois qu'on était arrivé). Bizarrement, après il m'a proposé un projet pour fabriquer un livre avec la classe... * merci *

Du coup, après, je me suis inscrite pour une formation Littérature de jeunesse sur le site Fun Mooc. Il fallait que je m'occupe.

J'ai vraiment broyé du noir un moment et pour ajouter à tout ça, on était dans l'incompréhension pour notre couple. Comme si aucun des deux ne casseraient le mur... dur, dur...



Dans tout ça, ma sœur. Ma sœur qui m'a écouté me plaindre pendant des semaines, des mois... jusqu'au jour où elle a dû en avoir marre et s'est montrée ferme. En gros, il fallait que ça s'arrête. * MERCI * 

Est-ce que c'était la fin de l'hiver, est-ce que j'en avais marre de cette situation, est-ce que les mots de ma sœur ont suffi ? 

Peu importe, j'ai accueilli mon chéri avec le sourire, je me souviens, j'étais en train de préparer à manger et je lui ai dit que tout allait s'arranger, que c'était fini, que j'arrêtais de me sentir mal.


Il aurait pu ne pas me croire, se méfier mais non, il a écouté. IL A ECOUTE. Et le mur s'est fissuré...

Il n'a pas fallu longtemps pour que les briques tombent, une à une, le temps que la confiance revienne et qu'on n'ait plus peur.



On a reconstruit tout doucement...


Et le soleil est revenu dans notre vie. 

Au mois de juin et juillet, nous avons eu beaucoup d'aller-retour dans l'Aisne (un mot à dû circuler pour nous dégoûter de faire la route : mariage, communion, baptême, anniversaire, enterrement, rien que ça !) et lors d'un trajet, une révélation.

J'étais contente de rentrer. Contente de retrouver ma nouvelle maison, ma nouvelle vie, mes nouvelles habitudes... je n'aurais jamais pensé dire ça mais je me sentais presque Vosgienne !

J'ai une légère appréhension avec l'hiver qui arrive mais la famille m'a dit qu'elle passerait quand il neigera, ce sera chouette et maintenant avec Chéri nous nous sommes retrouvés comme de vrais amoureux.

Pour ce qui est des filles, je vous avais fait un retour côté scolaire/amitié (ici) mais tout ce qui s'est passé entre leur papa et moi, les a affectés. On ne peut pas mentir à nos enfants, même si on ne mettait pas de mots sur la situation, elles entendaient des discussions houleuses, voyaient que papa et maman se boudaient, qu'on était triste et certainement malheureux. Poucinette a même eu peur que l'on divorce (beaucoup de couples séparés dans cette école, à l'inverse de notre petit village Axonais où il n'y avait AUCUN couple divorcé, cas étrange vous remarquerez ^^). Depuis bien sûr, elles sont rassurées et voient que papa et maman s'aiment très fort !

Un déménagement ce n'est pas simplement de déposer ses meubles autre part, c'est reconstruire ailleurs et parfois on ne sait pas ou plus comment il faut faire.

Nous allons bien mais, comme beaucoup de couples, nous avons vécu une belle frayeur, celle de ne plus être ensemble. 

Au cas où, tu passes me lire (je sais qu'il le fait parfois - souvent ?), n'oublies pas notre prochain resto !?! Je t'aime mon cœur 💗


*les illustrations ne sont pas libres de droit et sont la propriété de l'auteure

6 commentaires:

  1. Contente que la pierre soit brisée et que le soleil l ait transpercé pour vous redonner le sourire et un famille unie

    RépondreSupprimer
  2. ça n'est pas facile tous ces changements ! Et j'en sais quelque chose ! Parfois il faut du temps, mais vous vous en êtes sortis ! Profitez bien de votre prochain restau ^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui j'imagine que tu comprends vu les changements de vie de votre côté !!!

      Supprimer

Un petit mot fait toujours plaisir, merci !